This Is What Helped Me Grieve After I Lost a Loved One.

The COVID-19 pandemic brings a taboo topic to the table: death. And with death comes grief, which many of us are unprepared for. Besides, as twenty-something-year-olds, we’re also at the age where grandparents and sometimes parents leave us. This is why I think now is a good time to discuss ways to grieve. Please note that this article is quite heavy and difficult topics are brought up. Take your time to read and feel free to stop at any time if you get uneasy. Please know that the advice I’m giving here is based on my personal experience–grieving for my grandfather, who died after being assaulted on the streets of Athens. How I feel or how I find comfort may not resonate with you, but I do hope you’ll at least feel less alone in your grieving process.

Avant de commencer, je souhaite aussi vous prévenir que cet article parle évidemment de choses assez difficiles, alors ne vous lancez pas dans cette lecture si vous ne vous sentez pas bien, et n’hésitez pas à le lire en plusieurs fois pour mieux le digérer.

La pandémie de coronavirus impose dans les conversations quotidiennes une réalité assez tabou dans notre société: la mort. Et avec elle vient le deuil, une expérience pour laquelle peu d’entre nous sommes préparées. Pourtant, quand on a 20 ans ou plus, on est déjà à l’age où l’on peut perdre ses grand-parents ou d’autres proches. C’est pour ça que je souhaite aujourd’hui partager avec vous des conseils qui m’ont aidée à faire face à la mort de mon grand père qui a été agressé en juillet 2017 et est mort de ses blessures. Gardez en tête que ces conseils sont fondés sur mon expérience personnelle, donc il se peut que vous ayez à les adapter ou essayer d’autres choses pour vous sentir mieux. En tous cas, j’espère que cet article pourra au moins vous aider a vous sentir moins seule dans des moments difficiles.

1. Beware of the denial stage

One of the stages of grief is denial. Once I moved past this stage, I was able to heal fully and quickly. But let’s face it, the denial stage can have disastrous consequences if you stay in it for too long. Because while everyone around you is slowly making their peace with what happened, you’re distracting yourself. Instead of leaning on your loved ones to move forward, you wait and wait until it’s a little too late. By too late, I mean that others have stopped thinking about the person’s passing. And it hurts to process it alone. Of course, there is a fine line between rushing your grieving process and waiting an entire year to address what happened. My single best piece of advice would be to pay very close attention to the way you behave. If you find that you’re increasingly relying on distractions or engaging in self-destructive behaviors, seek professional help. If you’re studying 24/7 or partying every night, you’re in avoidance mode. Start to journal or go on walks to spend time with yourself and identity your feelings at your own pace.

L’un des stades du processus de deuil est le déni. Pour moi, ça a été le plus long et le plus difficile à traverser, donc je voulais en parler en premier. Le meilleur conseil que je puisse vous donner pour traverser une période comme celle de la mort d’un proche, c’est de ne pas ignorer ce que vous ressentez et de ne pas vouloir passer à autre chose trop rapidement. Parce qu’il vaut mieux faire son deuil en étant entouré de vos proches sur le coup, que deux ans plus tard quand ils seront plus ou moins passé à autre chose et auront avancé. Bien sûr, ça ne sert à rien de vouloir accélérer les choses et vous confronter à ce qui se passe de manière trop brusque, mais n’attendez pas plus que quelques semaines, et faites attention aux comportements que vous pouvez avoir. Si vous vous plongez complètement dans plein de distractions soit en travaillant trop soit en sortant tout le temps, il faut vite demander de l’aide à un psychologue ou même quelqu’un d’autre sur qui vous pouvez compter. Vous pouvez aussi écrire dans un journal ou passer du temps seul en allant marcher en ville quelques heures. L’important, c’est de pouvoir exprimer vos émotions et de ne pas les refouler. Moi, je suis restée un an et demi dans le déni, et ça a gâché des belles relations, mais aussi beaucoup de nuits de sommeil et de journées de cours, au lycée comme à la fac. Faîtes vraiment attention à ne pas tomber dans ce piège.

2. Go to a support group

When you miss someone you love, it’s really hard to look at everyone around you going about their lives. It can feel like no one understands how sad and angry you feel. When I started to really address the feelings I had about my grandfather’s passing, I was a freshman in college. I felt extremely lonely looking at other students going to parties and making tons of friends, while I was stuck here having panic attacks on Saturday nights. I decided to go to a support group through my university’s health services, and it really helped. In group, we told our individual stories and gave each other advice. We also updated each other on how we were doing every week. Overall, even though the circumstances in which we lost those close to us were very different, but we were able to support and empower each other. If you’re looking to find a sense of community to move forward, I really recommend looking into a local grief support group.

Quand on perd quelqu’un, c’est dur de voir ceux autour de nous ne pas être affectés et continuer leur vie comme avant. Personnellement, je me suis senti mal à la fac en voyant les autres première années sortir tous les week ends alors que j’essayais de me confronter à mes problèmes. Si vous êtes dans une situation similaire, je vous conseille de chercher un groupe de soutien dans votre quartier ou votre ville. Un groupe de soutien permet de vous sentir aidée, épaulée, et écoutée. Même si les histoires des autres sont très différentes de la vôtre, vous trouverez des similarités dans la manière dont vous avancez et cherchez à aller mieux, et c’est vraiment réconfortant.

3. Go to therapy

It can be tough to tell others how you’re feeling, either because you don’t want to “kill the mood,” or because you’re more of a private person. That’s why turning to a therapist is a good idea. Aside from the grieving process, if you can afford to, you should make going to therapy a habit. Just like going to your doctor for an annual or semesterly checkup, going to therapy regularly ensures that you get help for any stressful event happening in your life, big or small. It also means that if something big like this happens, you don’t need to explicitly ask for help, since you’re already in touch with a therapist. For the last year and a half, I’ve been going to therapy every week or every other week, depending on how busy I am. Sometimes, it’s just about having someone to vent to, and other times, it’s about asking for tangible strategies to implement. Therapy has made a huge impact on my life by allowing me to move past a lot of past trauma, but also by helping me figure out everyday challenges. I can’t recommend it enough. If you find it intimidating to call and make an appointment yourself, I suggest having a friend, partner, or relative by your side as you make the call or go to your first appointment.

Ça peut faire peur de dire aux autres ce que l’on ressent, soit parce qu’on ne veut pas gâcher un bon moment, soit parce qu’on est quelqu’un de réservé. C’est pour ça que demander de l’aide à un psychologue peut faire la différence et vous aider à avancer plus rapidement et à mieux guérir. Si vous pouvez vous le permettre financièrement, allez voir un psychologue régulièrement. C’est comme aller chez votre généraliste au moins une fois par an. Il n’y a pas besoin d’avoir un énorme élément déclencheur, contrairement à ce que la société peut nous faire croire. Voir un psychologue permet d’avoir de l’aide au quotidien, pour les petits comme les gros problèmes. Ça permet aussi de ne pas avoir à chercher ou demander de l’aide dans les périodes critiques, puisque l’on est déjà suivi. Personnellement, j’y vais une fois par semaine ou une fois toutes les deux semaines depuis un an et demi, et ça a vraiment changé ma vie. J’ai pu non seulement guérir de beaucoup de traumatismes passés, mais aussi gérer mes défis du quotidien avec sérénité, au lieu de tout laisser couler jusqu’à ce que ce soit moi qui coule. Je vous conseille vraiment d’essayer et d’être patiente, parce que ça prend du temps de trouver quelqu’un qui vous convient. Si vous avez peur de faire le premier pas, entourez vous de votre copain ou copine, d’une amie, ou de quelqu’un en qui vous avez confiance pour passer un appel et vous accompagner au premier rendez vous.

4. Find creative ways to remember the good times

Family films and photos are great to remember the person for who they were and what they enjoyed doing. They help to not associate them with sadness. It’s relieving to hear the person’s voice again and to reflect on the good times you spent with them. If you don’t have access to photos or videos, try to meditate or reflect on moments with the person. You can remember lessons that they taught you or qualities you admired about them.

Les films et photos de famille sont vraiment supers pour se rappeler de la personne pour ce qu’elle était et ce qu’elle aimait faire. Les regarder aide à ne pas associer la personne à un sentiment de tristesse, en entendant à nouveau sa voix et en se rappelant des bons moments passés avec elle. Si vous n’avez pas de photos ou de films, essayez de méditer, de prier, ou simplement de fermer les yeux et de repenser à tout ce que vous avez partagé avec cette personne. Vous pouvez aussi vous concentrer sur des choses qu’elle vous a apprise ou sur des qualités que vous aimiez chez elle.

5. Do activities that remind you of them

If you and your parent or friend used to do something together, such as going to a museum downtown, go back there on your own or with someone else. It will help you feel connected to the person who is gone, and to honor their memory in a meaningful and fun way. You could also try fulfilling a goal of theirs, like supporting a certain charity or traveling somewhere that they had always wanted to go to. Maybe your friend had siblings that they would have wanted you to check on, or your relative would have wanted you to visit their home country or state. For me, studying hard for my college degree helps me feel close to my grandfather. He had worked hard to set aside money for our studies, and was really passionate about education. Putting effort into my papers and exams gives me a sense of purpose. I know that he’s out there watching, and I hope he’s proud.

Si vous et la personne qui vous manque aviez l’habitude de faire une activité en particulier ou d’aller à un endroit ensemble, retournez y seule ou avec quelqu’un d’autre. Je trouve que ça aide à se sentir lié à la personne qui n’est plus là, et à honorer leur passé de manière joyeuse. Vous pouvez aussi essayer de réussir quelque chose qui leur tenait à coeur, comme faire un voyage ou obtenir votre diplôme. Pour moi, faire beaucoup d’efforts à la fac est une manière d’honorer mon grand père qui avait travaillé toute sa vie, de jour comme de nuit, pour nous offrir une formation et une vie comfortable. Je sais qu’il me regarde et j’espère le rendre fier avec chaque bulletin.

6. Implement rituals

In some cultures, a lot of rituals follow someone’s passing. In Greece, there are several anniversaries to celebrate during the first year after the person’s passing. I’m using that example because my grandfather was Greek, so I attended a lot of these events. I would recommend implementing your own ritual with your family if your culture doesn’t have any. For example, you can decide that on the anniversary of the person’s passing, you will go together to the cemetery, or cook a special dish (food helps a ton with grief, because it reminds us of being alive) that they loved. I find it helpful to know there’s a special day dedicated to the person. It allows me to check-in with myself and others regularly to see how we’re feeling about what happened.

Dans certaines cultures, il y a beaucoup de rituels après la mort de quelqu’un. En Grèce par exemple, il y a des réunions familiales après plusieurs mois, puis un an, et ainsi de suite. Je prends l’exemple de la Grèce parce que mon grand père était grec, donc j’ai participé à ce genre d’événements. Je vous conseille de créer votre propre rituel si vous n’êtes pas religieux ou que vous n’avez pas cette habitude au sein de votre culture. Ça peut être aussi bien une visite au cimetière en famille qu’un repas où vous cuisinez le plat préféré de cette personne. Au passage, la nourriture aide vraiment quand on fait son deuil, parce que ça nous ramène dans le moment présent. En tous cas, avoir une journée dédiée entièrement à la personne permet de faire le point sur où l’on en est dans ce processus de deuil, et de s’épauler les uns les autres au long terme.

7. Learn about PTSD

If the circumstances of your loved one’s passing were traumatic, such as an accident or a sudden illness, there’s a chance you could develop PTSD (Post Traumatic Stress Disorder). PTSD is often associated to veterans, but it can happen to anyone who has been through a traumatic experience. If you don’t feel comfortable letting your loved ones know what’s going on, I recommend calling a hotline in case of an emergency and getting in contact with a therapist for long-term help. I personally struggled with PTSD for about a year and a half. It impacted my school performance, my friendships and relationships, and my happiness as a whole. I turned to unhealthy coping mechanisms and waited until I just couldn’t wait anymore to admit that I needed help, in part because there’s a general lack of awareness of how PTSD works. It’s really hard to tell someone that your body and mind feel in danger, or that you’re perceiving things that just aren’t there. If you’re struggling with this, please, please know that there is nothing wrong with you. You have nothing to be ashamed of. Your brain is trying to move past an extremely traumatic event by keeping you alert all the time–it’s a survival mechanism. You deserve all the help you can get and you will find happiness again.

Si la personne à laquelle vous teniez est partie dans des circonstances traumatisantes, il y a une possibilité que vous développiez un trouble de stress post traumatique (en anglais, PTSD). C’est souvent quelque chose qu’on associe aux anciens soldats, mais en vérité, ce trouble touche énormément de personnes qui ont vécu un traumatisme, et comme vous pouvez l’imaginer, il y en a de toutes sortes. La mort brutale d’un proche en fait évidemment partie. Si vous avez du mal à expliquer ce qui se passe à vos proches, je vous conseille d’appeler une ligne d’écoute en cas d’urgence et de chercher un psychologue ou psychiatre pour une aide au long terme. Personnellement, j’ai souffert de ce trouble de stress pendant un an et demi, et ça a été très difficile à vivre, en partie parce que c’est si tabou que l’on n’a pas beaucoup d’informations dessus en tant que jeune adulte. Si c’est votre cas, sachez qu’il n’y a rien d’anormal chez vous. C’est simplement un mécanisme de survie qui vous garde en état d’alerte en continu.

8. Don’t actively avoid future funerals. Accept that death is a part of life.

Death is a part of life, as harsh as it may sound. Your fears have more power over you if you never confront them. If a family friend passes and you are invited to the funeral, don’t skip it. When I found out this summer that a Greek family friend had passed, I felt sick to my stomach. Hearing about death and seeing people I knew and cared about so sad almost gave me a panic attack. At first, I refused attending the funeral. But after giving it some thought, I realized my grandfather–the person that I’ve been grieving for in the first place–would have wanted me to be there. I put a dark outfit and a mask on, and I went. I’m so glad that I did. Once I got to the church, I knew this is where I was supposed to be. Things clicked in that moment and I felt like I got the closure I had needed for so long. It was actually quite comforting to see the woman who had passed in her casket, at peace, surrounded by her loved ones. When my grandfather passed, it was almost impossible to recognize him, as he had been hit in the face many times. I can’t even put into words how grateful I was to see this woman I had grown to love looking almost happy and more beautiful than ever, all wrapped up in colorful flowers. It felt like God was making things right by allowing our family to attend this more normal funeral. Since then, my heart has been much more at peace. If you’re feeling hesitant about attending another funeral, I completely understand. It’s okay if you’re not ready, but if you change your mind and attend, it may very well be a positive experience and help you get past some fears.

La mort fait partie de la vie, même si c’est dur à entendre. Et vos peurs ont plus de pouvoir sur vous si vous ne les confrontez pas. Ce que je veux dire par là, c’est que si vous vous retrouvez malheureusement invité à une messe ou enterrement d’un ami de votre famille par exemple, allez y. C’est vraiment important de ne pas rester terrorisée de la mort. C’est plus facile à dire qu’à faire, mais je vous dis ça parce que c’est ce qui vient de se passer pour moi cet été en Grèce. Au départ, j’ai refusé d’y aller, et j’étais en panique à l’idée de voir un autre cercueil. Puis, j’ai réalisé que mon grand père aurait voulu que j’y aille, mais aussi que c’était important de soutenir cette famille d’amis et de me confronter à mes peurs. J’ai eu du mal à dormir la nuit précédent la messe, mais une fois sur place, j’étais incroyablement soulagée d’être là. Je savais que j’avais fait le bon choix et j’étais heureuse de pouvoir soutenir nos amis. Ça m’a aussi beaucoup touché de voir cette femme qui était partie, belle et avec un air apaisé dans son cercueil, entourée de fleurs. Je n’ai pas eu cette chance avec mon grand père, que j’avais alors à peine reconnu, défiguré par les coups qui lui avait été donnés. Depuis cette messe, je me sens vraiment changée et enfin réconciliée avec tout ce qu’il s’est passé. Je comprends totalement si vous n’êtes pas prêtes à faire la même chose, mais si vous avez un doute, je vous conseille d’y aller.

9. Live with the living

At the end of the day, there are so many people around you (and people you haven’t even met yet) who are worth spending time with. Don’t stay alone with your thoughts for too long and try instead to invest in new relationships. Your loved one would have wanted you to be happy.

Surtout, surtout, rappelez vous qu’il y a tellement de personnes autour de nous, et d’autres qu’on n’a même pas encore rencontrées, avec qui on peut rire, parler, et profiter de la vie. Ne restez pas seule dans vos pensées trop longtemps, et essayez d’investir du temps et de l’énergie dans de nouvelles relations. La personne qui vous manque aurait voulu que vous soyez heureuse.

The people who aren’t on Earth with us anymore are still looking after us, one way or another. And they’re still with us in our hearts. Everything that they taught us remains untouched. Cherish the memories and don’t ever feel ashamed of needing time and help to process things. Dealing with grief is not a linear, quick process, even though society often tries to convince us otherwise. If you’re struggling, I’m sending a lot of love your way and please know you can always message me on social media to talk about literally anything. Thank you also for reading my personal story and experiences with grief. It means so much to be able to share this here after years of silence. I’m grateful for this platform and for you, my readers.

Ceux qui ne sont plus avec nous nous protègent toujours d’une certaine manière, depuis là haut ou à travers l’amour qu’ils nous ont laissé, selon vos croyances. Tout ce qu’ils nous ont appris reste avec nous. N’ayez pas honte d’avoir besoin de temps et d’aide extérieure pour aller mieux. Le deuil est un processus long et absolument pas linéaire. Si vous avez besoin de parler de quoi que ce soit, venez en DM sur Instagram, je suis toujours là pour vous.

P.S. J’avais écrit une série de poèmes sur la mort de mon grand père l’année dernière. Vous pouvez la retrouver ici.

xo, Ari

Leave a comment

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s